Frédéric Limonet, designer d'espace, est né en 1968. Il obtient son DNSEP option design à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon section Design d'espace en 1993 et la même année le prix Linossier. Suit un cursus de post-diplôme puis il fonde avec Olivier Boutton et Frédéric Saura le collectif DIG, qui fusionnera ensuite avec le groupe de design graphique Trois-quarts face. Il devient indépendant en 2003 en travaillant sous son propre nom. Ses domaines d'applications dans les champs du design sont multiples : scénographie d'exposition et de spectacle vivant, mobilier urbain, signalétique, microarchitecture, objet, céramique. Depuis 2008, il est intervenant designer en école d'Arts appliqués option design d'espace. fl chez fredericlimonet.com 06 10 90 28 74
VOILÀ COMMENT C'EST ARRIVÉ... Objet/multiple Je pensais que ce miroir était une vanité de plus, quelque chose qui parlait de vacuité. Mais après réflexion, il se peut que ce ne soit pas ça et même le contraire. Ce qui m'intéresse ici est l'idée que ce voile de miroir possède un seuil d'une certaine épaisseur qui complexifie le reflet et les représentations associées. Faire un trou dans un miroir ne sert à rien. On passe au travers en quittant le phénomène. On illustre ce que l'on rêve de faire, sans y parvenir. Ici, il est bien question de passage. Le regard se déplace sur un plan de manière assez banale puis glisse sur le col de l'ouverture, tourbillonne dans les rebonds de reflets et se fixe à l'envers deux fois, au fond de la cavité qui baigne dans la lumière. L'objet ne semble pas tendre de piège contemplatif, être un miroir de saint Jacques et révéler les fragilités. Au contraire, il serait plutôt de saint Paul, modèle de connaissance à la fois optique et scientifique, sérieux et joyeux : il semble affirmer avoir trouvé une explication à la question du passage et de l'ailleurs. Miroir prototype #1, verre soufflé, argenture, 300 x 217 x 132 mm, Frédéric Limonet 2021 En cours d'édition Réalisation / prototypage 3d : Guillaume GONZALEZ / fourniture et sciage cerisier vert : Atelier COBRO / fraisage numérique sur bois vert : YOUFACTORY / soufflage verre : Vincent BREED / argenture : ARIZIO / mécénat : Nicolas ROUMIANTZEFF
Voilà comment c'est arrivé...
Déménagement et réaménagement du musée de la vigne de Saint-Pourçain-sur-Sioule. Projet de maîtrise d'œuvre pour le déménagement et réaménagement du musée de la vigne de Saint-Pourçain-sur-Sioule avec création d'une extension de bâtiment et d'une nouvelle muséographie. Maîtrise d'ouvrage : Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne. Maîtrise d'œuvre : Wild Architecture (mandataire), Frédéric Limonet (design d'espace et scénographie), ITC (structure), Laclautre (fluides), ECIB (économie) Le projet est finalement annulé après la phase ESQ. en janvier 2022 Le comité scientifique s'est opposé à la maitrise d'ouvrage concernant le choix du site...
musée de la vigne
TERRITOIRES INVISIBLES Scénographie de l'exposition « Territoires invisibles, histoires d'architectures et de paysages quotidiens » Pour le CAUE Rhône Métropole, ouverture mai 2021. L'exposition, consacrée à la valorisation de l'architecture ordinaire et des paysages quotidiens à travers le sujet de l'habitat, propose de regarder ce que d'ordinaire nous ne voyons plus. Elle nous invite à découvrir six grands paysages habités qui composent notre quotidien : la ville historique, la ville classique, le faubourg, les grands ensembles, le pavillonnaire, l'espace rural. L'espace de la scénographie propose au public une immersion dans une construction en continuum de 70 m² composé d'un sol et de parois, organisée en 6 zones distinctes. L'espace monochrome gris moyen (hors visuels) composé de matériaux de construction offre un parcours aléatoire, périphérique et intérieur, propice à la promenade et au temps d'arrêt. Les accès aux différents expôts se font le temps d'un cheminement et d'un repérage. Chaque zone, conçue sur un système de cimaises en recto-verso et équipée d'une assise pour 2 personnes, d'un moniteur et d'une diffusion sonore, propose un accès au contenu : panneau texte-images, frise chronologique, maquette, film composé d'extraits de films de fiction ou documentaires. Commissariat : Florent Perroud, CAUE / Conception espace et volume : Frédéric Limonet / Conception graphique : Vincent Delpeux, Pierre Raine / Iconographe : Katia Cordova / Relectures : Michel Kneubühler / Volet cinéma : Hervé Bougon et Aldo Bearzatto / Sonorisation et sous-titrage : Victor Severino / Maquettes : ARD Maquette / Construction : Jean-Philippe Murgue et Frédéric Limonet / Éclairage : Youri Olympieff / Impressions : ATC Groupe / Communication et partenariat : Nathalie Colonge / Travail préparatoire : Laurent Perche et Antoine Gros
TERRITOIRES INVISIBLES - Scénographie
LES ÉCOLES Travaux d'étudiants On a passé beaucoup de temps ensemble, étudiants et enseignants, à parler d'espaces de toutes sortes. À s'interroger sur cette idée du dedans et du dehors et de ce que l'homme y fait. À s'interroger sur les définitions de ces espaces, leurs usages, limites, textures et matérialités, leurs échelles et en particulier celles qui sont intermédiaires, leurs qualités sensibles, leurs dynamiques éphémères ou leur pérennité… On a testé beaucoup de situations avec des commanditaires réels ou imaginaires et recherché des solutions uniques, à forte identité. On a parlé de technique bien sûr. On a tenté de développer chez chacun cette compétence de polyvalence du designer d'espace face à la multitude des contextes. Voici quelques images des travaux d'étudiants réalisés de 2010 à 2019 en atelier de conception de design d'espace MANAA, BTS 1re et 2e année à l'école Presqu'ile et MADE In (Lyon) et en 4e année d'architecture d'intérieur à L'école Créad (Lyon). Ces ateliers ont été menés en BTS 2e année en binôme avec Nathalie Haas (architecte), Max Charlin (architecte), Denis Oppedissano (architecte d'intérieur) et Pierre Dumas (architecte). Merci à l'ensemble des étudiants qui ont accepté de publier des images de leurs travaux sur ce site !
LES ÉCOLES
MUTATION Scénographie pour une création de la Cie Système K (Arts de la rue). 1re publique le 20 août 2014, festival d'Aurillac. Mutation est une création pour 8 performeurs et 1 musicien, une jauge de 300 spectateurs, dont 50 installés à tour de rôle dans de petits espaces confinés. La demande de la metteuse en scène oriente d'emblée la scénographie vers la création d'un conglomérat de microarchitectures. Il s'agit de concevoir de petites constructions légères, solides, transparentes et translucides, montables et démontables, recevant 2 performeurs sur leur haut, 5 à 16 spectateurs dans les intérieurs et proposant des assises extérieures. Les spectateurs installés dans les intérieurs voient les performeurs évoluer au-dessus d'eux et entendent des textes qui peuvent être les pensées des performeurs même. L'ensemble apparaît dans l'espace urbain le temps du spectacle et définit « la zone ». Une diffusion sonore couvre l'ensemble. Metteur en scène : Michèle Bauerlé / Conception de la scénographie et dessins : Frédéric Limonet / Assistance technique : Vincent Loubert / Constructeurs : Nicolas Crouzet, Nicolas David, Blaise Boullenoire, Gilles Simon-Perret, Jean-Louis Darnault / Crédits photographiques : Denis Callerot, Éric Walther, Marina Maricha / Résidences conception et construction : Apsoar (Annonay, Fr), La Fourragère (Lyon), Ateliers Frappaz (Villeurbanne), Atelier 231 (Sotteville-Lès-Rouen), Espinoa (Baignes), Le Parapluie (Aurillac), (Fr), 2011 - 2012 - 2014
Mutation/la zone Mutation/les modules/module Cylindre Mutation/les autres modules construits Mutation/module Tube Mutation/le spectacle
ARMOIRE URBAINE Conception d'une armoire urbaine de contrôleurs de signalisation tricolore en polyester, modulaire et « découvrable », en remplacement de l'armoire dite à « pointes-de-diamant ». Le volume est monolithique et stratifié, proche dans sa forme d'un carottage sorti de terre. Les parties socle/parois/ouvrants/toit respectent cet alignement vertical et ne sont pas identifiables en tant que telles . Les strates horizontales affichent des textures différentes de reliefs (contrainte anti-affichage) et intègrent en zone basse du volume une bande technique regroupant toutes les fonctions d'accès (serrures et poignées). Un « accident » de texture, comme un « défaut programmé et embarqué », est présent sur chaque armoire. Il dialogue avec la composition graphique des trames, fonctionne comme une aspérité et nous rappelle que le design ne produit pas que des objets lisses. L'enveloppe est conçue pour être modulaire et « découvrable » : les différentes pièces de polyester qui la composent, fabriquées en injection RTM, sont assemblées sur une structure métallique. Le système constructif permet indifféremment la fabrication d'armoires de 1, 2, 3 ou 4 unités de volume et le remplacement, sans débrancher le contrôleur, de l'enveloppe entière ou de parties. Maître d'ouvrage : Le Grand Lyon / Mandataire du marché public de conception - bureau d'étude phases Avant-projet, Projet, Études détaillées : Europoly Polyester, Francis Rochelle / Design : Frédéric Limonet / Collaboration design graphique : Vincent Delpeux / Mandataire du marché public de fabrication et fourniture - bureau d'étude phases Prototypage, Fabrication : Depagne SA / Lyon, Grenoble (Fr), 2005-2008
Armoires urbaine
VILLAGE VERTICAL Scénographie d'inauguration du programme « Le Village vertical, Les jardins de Jules », 1re coopérative d'habitants de France. Pour Rhône Saône Habitat, coopérative de construction immobilière, porteur - constructeur - co-concepteur du programme / Mandataire du projet d'inauguration, photographie et réalisation : Fabrice Ferrer / Conception de la scénographie, conception des visuels et graphique : Frédéric Limonet / Villeurbanne (Fr), 2013 / http://www.rhonesaonehabitat.fr/Le-parteariat-RSH-Village.html Le dispositif intérieur de la scénographie : des images comprenant personnages, objets et textes sont disposées « à leur place », comme des reflets de miroirs. Elles ponctuent une promenade linéaire ou aléatoire. Reflets déformés, brouillés, troubles, miroirs rétrospectifs ou prospectifs qui manipulent le temps, ils créent un entre-deux, un dialogue, entre l'espace du bâtiment et l'histoire de sa conception. Ils informent le visiteur sur les innovations et complexités du programme : contexte urbain, thématique de logement et mixité sociale, innovation architecturale et technique, travail partenarial, montage financier, pilotage et portage...
Village vertical/dispositif intérieur Village vertical/sur le parvis
RHONE SAONE HABITAT Conception de logo Pour RHONE SAONE HABITAT, société anonyme coopérative de construction et de gestion de logements, membre du GIE La Ville Autrement. Mandataire du projet : Fabrice Ferrer Conception : Frédéric Limonet 2010
Rhone Saone Habitat
CE QU'IL RESTE Culture à l'Hôpital : ateliers, performance et exposition. Dans le cadre du dispositif « Culture à l'Hôpital ». En partenariat avec l'Hôpital Lucien Hussel de Vienne, la DRAC, la Région Rhône-Alpes, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation et avec la participation du Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal. Conception et réalisation : Sévérine Chasson (Chorégraphe et danseuse), Frédéric Limonet (designer plasticien), les patients et accompagnants du Service Hôpital de Jour de la Ville de Vienne / Conseil céramique et cuisson : Florent Le Men / Musique : Gérard Torres / Photographie : Bertrand Saugier / Saint-Romain-en-Gal (Fr), Vienne (Fr), 2011
Ce qu'il reste/ateliers danse et céramique Ce qu'il reste/les objets Ce qu'il reste/la performance Ce qu'il reste/l'exposition
TRACE Restitution des ateliers « Culture à l'hôpital ». En partenariat avec l'Hôpital Lucien Hussel de Vienne, la DRAC, la Région Rhône-Alpes, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation et avec la participation du Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal. Conception des ateliers : Régis Rasmus, Bertrand Saugier et les patients et accompagnants du Service Hôpital de Jour Vienne / Photographie : Bertrand Saugier / Conception scénographie et visuels : Bertrand Saugier et Frédéric Limonet Les ateliers menés par Régis Rasmus et Bertrand Saugier explorent le mouvement du corps dans l'espace et sa décomposition en images arrêtées. Ils incitent les patients à questionner ici leur présence. Entre recherches d'E. Muybridge, motifs, mosaïque et papier peint, la restitution tente, par découpage, séquençage et répétition, d'affirmer des présences, non par des visages reconnaissables, mais plutôt par des « positions », fragments ou silhouettes en ombre. Mise en œuvre et matériaux : Tirages papier marouflés, tirages transparents, vitrines
Trace
BIVOUAC Installation pour la manifestation « Lumières en Fêtes », Valence (Fr). Des images animées des œuvres du Musée des Beaux-Arts de Valence, situé à proximité et en réhabilitation, s'organisent en bivouac sous la Halle Saint-Jean. L'écran est un volume à 3 faces, proposant un intérieur et autour duquel peut circuler le public. Les images mappées glissent sur les faces du volume dans un mouvement circulaire. Matériaux : mélaminé blanc, vidéo-projections, sacs de sable, corde. https://www.youtube.com/watch?v=ysjX2P5bqGE Conception : Gérard Torres et Frédéric Limonet / Vidéo et musique : Gérard Torres / Volume et scénographie : Frédéric Limonet / Valence (Fr), 2009
Bivouac
ORI Conception graphique. Pour Bertrand Grosol, artiste. Dessin d'intention d'un projet artistique de Bertrand Grosol, développé à l'échelle de l'ile de la Martinique et explorant les différentes strates du paysage. 2009
Ori
COPEAU CAO. Pour Cécile Dupaquier & Bertrand Saugier, artistes. Modélisation d'une forme en extrudé sur un chemin hélicoïdal et définition des plans de découpe laser sur tôle. Cergy (Fr), 2008
Copeau
SIGNALÉTIQUE INRIA RHÔNE-ALPES Conception d'une signalétique pour les bâtiments de l'INRIA Rhône-Alpes. « Aller voir, chercher », sur une idée de Trois-quarts face. Une famille de mobilier signalétique invite les usagers à chercher, grossir et trouver les informations de petite taille (plans, textes) qui permettent de se situer dans le bâtiment. Matériaux : optique organique, mécanismes, films de compogravure, tôle acier, bois, peinture époxy, lumière. Maître d'ouvrage : l'INRIA Rhône-Alpes (Institut National de Recherche en Informatique et Automatisme) / En partenariat avec la DRAC et la Région Rhône-Alpes / Mandataire 1 % culturel et design graphique : Trois-quarts face / Conception design d'objet et suivi de réalisation : 1re tranche : Frédéric Limonet — 2e tranche : Dig Ding Dong / Crédit photographique : Bertrand Saugier / Grenoble (Fr), 1998-2000
Signalétique Inria Rhône-Alpes
SWITCH ON/SWITCH OFF Scénographie d'une exposition itinérante des groupes Trois-quarts face, BF15 et DIG. Un campement de tentes montables, démontables, transportables, flexibles, souples, low-tech, inhabitées et habitées, sont disposées dans l'espace comme autant de structures de projections ; elles permettent la diffusion d'images, quelle que soit la lumière environnante. Design d'espace et volume : DIG (Olivier Bouton, Frédéric Limonet, Frédéric Saura) Design graphique : Trois-quarts face Photographies : Bertrand Saugier Matériaux : structure tubulaire acier, textile, élastique, écran technique, vidéo-projecteur ou projecteur diapositives. La BF15, Lyon (Fr), 1998 — Alliance française, Buenos Aires (Arg), 1999 — Centre Culturel français, Damas (Sy), 1999
Switch on/Switch off
AMORCE Scénographie pour la création de danse contemporaine « Amorce ». Sur le thème du geste dans l'espace domestique, les danseurs évoluent sur un plan tracé au sol, jouent des conventions du dessin, redimensionnent les pièces à l'aide de curseurs en mousse et manipulent des éléments de mobilier. Matériaux : tapis de danse, peinture, mousse polyuréthane, bois. Pour la Cie Litécox / Chorégraphe : Daisy Fel / Conception et réalisation : DIG (Olivier Bouton, Frédéric Limonet, Frédéric Saura) / Saint-Étienne (Fr), 1997
Amorce
DIFFUSEUR Objet de diffusion de la communication de la saison du Théâtre de la Renaissance. Conception d'un objet-présentoir sonore en plastique thermosoudé recevant et diffusant les différents "messages" de la programmation annuelle du Théâtre. Matériaux : PVC thermosoudé, HP et bande-son, imprimés. Pour le Théâtre de la Renaissance / Conception : DIG (Olivier Boutton, Frédéric Limonet, Frédéric Saura) / Design graphique : Trois-quarts face / Oullins (Fr), 1998
Diffuseur
FRED, FRED, FRED Exposition inaugurale de la Galerie Roger Tator. L'espace du rez-de-chaussée du bâtiment va devenir une galerie de design. Sa texture n'est pas encore neutralisée par le blanc ; l'espace est brut, plein d'aspérités. Il nous intéresse dans l'état, nous rappelle l'extérieur, le quotidien. Nous décidons de construire un volume à l'image de la future galerie — à l'échelle 1/2, intérieur blanc, que nous laisserons vide — et d'intervenir entre cet objet et les murs. Nous partageons le volume en 3 sections pour 3 interventions. Frédéric Rouarch, Frédéric Limonet et Frédéric Saura / Galerie Roger Tator, Lyon (Fr), 1995
Fred, Fred, Fred
GALERIE Micro-architecture pour une galerie d'exposition, à insérer dans les recoins de l'espace urbain. Le projet explore la métaphore de la galerie creusée dans laquelle l'assiégeant/le mineur/l'artiste... « chacun à sa manière, le fusil à la main, encasqué, une torche ventouse sur le front, des ailes poussées dans le dos... sape la roche et parcourt le chemin souterrain pour enfin gravir et s'approcher d'une place. » Le volume de 2 x 2 x 2 m présente une section du projet : espace linéaire, confiné, blanc, étayé, mis en flottaison sur des mousses, protégé par plusieurs couches d'isolants, en relation avec l'extérieur par quelques percées longitudinales réalisées dans certains boisages. Matériaux : panneaux bois, peinture blanche, isorel, mousse, boisage, laine de verre, (bitume). Frédéric Limonet / Galerie Roger Tator, Lyon (Fr), 1995
Galerie
COMPOSTEUR Composteur en kit. Conçu en tôle galvanisée 10/10ème à assembler. Mise en œuvre industrielle sans soudure : découpage, poinçonnage et pliage. Pour Sacti Tôlerie industrielle Distribution : Castorama Étude de conception : Frédéric Limonet Vénissieux (Fr), 1995
Composteur
TEMPLE Prix Linossier 1993, ENSBAL Spéculations sur l'hypothèse d'un inquiétant « temple de l'amour ». Anticipation dramatique, parodie de diagnostic, le projet explore les rapports amoureux en revisitant le fonctionnement d'une cafetière italienne : les deux parties de l'objet sont vues comme des éléments genrés masculin/féminin, sont posées côte à côte et actionnées par un moteur de très faible vitesse qui les fait pivoter dans le sens contraire du vissage. Il semblerait qu'il faille dévisser.
Temple